À PORTÉE DE NOS SEULS INSTRUMENTS...MAiS DEMAIN ?

Notre Galaxie serait formée d'un disque s'étendant sur quelque 80.000 années-lumière et comportant un bulbe central. Autour de celui-ci, s'étendent de longues et fines régions de formations d'étoiles, appelées bras spiraux au nombre de quatre, dont celui d'Orion - nommé beaudrier d'Orion - C'est là, dans ce bras immense que nous vivons. Si vous regardez vers Orion, vous plongerez à la fois vers le centre et l'extérieur de notre voie lactée.

Ainsi vue, la galaxie d'Andromède, apparaît sous une forme lenticulaire. La plupart de ces grandes régions prennent une apparence spiralée selon l'angle de vision. Elles ont toutes en commun une allure grandiose...

Grand et petit nuage de Magellan, deux galaxies naines, lointains satellites de la Voie Lactée. Un pont de gaz et d'étoiles appelé le pont magellanique relient les deux nuages qui sont des galaxies spirales .

  • GALAXIE D'ANDROMÈDE
    Elle est notre proche voisine, en terme d'années lumière bien sur.
    Notre nébuleuse lui,ressemble.

  • LA VOIE LACTÉE
    Un petit bout de notre propre galaxie. Nous habitons sur un bord extérieur. Ceci veut dire que notre planète fait partie des plus jeunes, pour s'être refroidie tardivement.
    A l'intérieur les systèmes planetaires sont bien plus anciens.

  • SYSTÈME SOLAIRE
    Le Soleil la Lune , Mercure, et Jupiter, loin derrière, la partie haute de notre systeme vu depuis la troisième planète, la Terre

MADAGASCAR. L'île fait partie d'endroits unique de la Terre. C'est sans doute la plus grande partie de ce que fut la Lemurie. On se croit sur un autre monde.

  • LUMIÈRE ....
    La description des effets lumineux est certes utile quand c'est la science physique qui s'exprime.

  • SOUS TOUTES...
    Cependant, l'aspect visuel, émotionnel et artistique,demeure
    le plus attrayant ..

  • SES FORMES ET SES COULEURS.
    Il est vrai que la photographie est devenue un instrument des liens sociaux. Mais qui n'admire le talent unique du peintre.

Madagascar, spectacle toujours unique et merveilleux...

  • ÉVOLUTION
    L'être humain est venu de la mer, au tout début, plus poisson , pas encore mammifère, il a dû ressembler à cette chose - n'est-ce point là comme une forme indéfinie fossilisée - pouvant nous montrer d'où nous venons, mais surtout combien a été longue, très pénible notre évolution. Demain...notre changement sera plus rapide...mais optionnel!

  • FRACTURES
    Le Mammouth au nombre des disparus, laissant la place à son quasi descendant, l'éléphant, aujourd'hui menacé non plus par les innombrables fractures dans l'évolution, mais bien par l'avidité des hommes.

  • UN FUTUR PROBABLE
    Le Dauphin que l'on presente sous un jour heureux, sera t-il un égal ou même supérieur à l'homme dans le futur? Certains prêtent à ce mamiphere marin une perversité égale à celle des humains: celà voudrait-il-dire que nous craignons déjà, cet adversaire de demain, pourtant si amical.

Les lémuriens méritent une place à part tant ils sont menacés de disparition totale.

PRÉSERVATION

Un Génome contre le Cancer

Une étude révélée au début octobre de l'an dernier par l'institut Huntsman de l'Université de l'Utha pourrait démontrer à quel point les animaux, qui nous aident déjà à leur corps défendant -dans les laboratoire de recherche - peuvent faire encore d'avantage pour les hommes. Ce serait le cas des éléphant, en voie certaine de disparition. En effet, l'étude a révélé qu’il existe au sein des cellules d’éléphants un mécanisme qui combat le cancer, ce qui explique que ces mammifères n’ont que rarement a affronter cette terrible maladie.

L'étude, menée par des chercheurs de l'Institut a montré que les éléphants ont 40 copies d'un gène connu sous le nom P53, un suppresseur de tumeur déjà connu chez nous, tandis que les humains, précisément, n’en ont que deux.Ce gène tue un grand nombre de cellules cancéreuses chez les éléphants, leur permettant ainsi de vaincre la maladie beaucoup plus souvent que chez les hommes.

Le génome humain, lui, ne compte que deux copies de ces gènes, précisent les chercheurs de l'Université américaine, dans l'étude que vient de publier le Journal of the American Medical Association (JAMA).

Une raison supplémentaire de protéger ces grands pachydermes, là, l'intérêt, et espérons le, un supplément d'humanité guidera peut être la volonté de notre civilisation à faire plus encore pour ces géants de la brousse africaine et des régions du sud-est asiatique.

Réserve Génétique

Compte tenu de notre avancée dans le domaine de la Gènétique, il nous faut envisager sans tarder de commencer à constituer des banques dévolues aux espèces fortement menacées, en plus des mesures réglementaires de sauvegarde. Les Zoo ne suffiront pas à rétablir un ordre correct de la nature. Il ne reste que quelques courtes années et toutes les branches du règne animal ne pourront pas renaître dans un hypothétique et peu probable futur sous forme d'un quelconque Jurasic Park.

Laissons la fiction au cinéma et pressons le pas dans cette réalité nous interpellant à travers la totalité des espèces, lesquelles se trouvent à la croisée du chemin, vivre ou disparaître. Le choix divin, cette fois, est entre nos seules mains. Si nous le désirons nous sommes capables de créer la nouvelle arche de Noé, gènétique, elle prendra bien moins de place que la première...

 

OXYGENE,OXYGENE...

En octobre 2015, les scientifiques, en tous cas une catégorie d'entre eux, se disent surpris de la découverte d'oxygène moléculaire, c'est à dire, sous une forme primitive, sur la comète Tchouri.
C'est la suite de la mission Rosetta, cette sonde européenne d'une masse de trois tonnes, s'étant placée en orbite autour la comète et un robot atterriseur s'y était posé en novembre 2014.
Cet oxygène ancien se trouve dans la queue de Tchouri, la "surprise" des techniciens les conduits à envisager de revoir le modèle défini sur la formation de notre système solaire... Voyons messieurs et mesdames, cette procédure fait partie intégrante de la recherche fondamentale et ce ne sera pas la première fois que l'on doit revoir sa copie...en particulier face à notre immense univers que nous commençons tout juste à explorer. De plus certaines théories envisagent déjà les hypothèses de comètes porteuses de vie et même à l'origine des océans de notre Terre.

DES COMÈTES A LA LUNE

La tapisserie de Bayeux, tres grande, sur l'invasion de l'Angleterre en 1066, par le normand, Guillaume le conquérant, montre la comète de Halley, vue ainsi la première fois par des terriens.

Les comètes font partie du spectacle offert aux hommes depuis le début des temps. Synonymes de terreurs pour les uns, de changement pour les autres. Dans la légende des espèces et des civilisations, les comètes ont joué un rôle dans certaines décisions humaines davantage liée à la peur qu'au bon sens. On leur prête la responsabilité de la disparition des grands dinosaures et le déclenchement de l'hiver le plus long et le plus terriblement glacé de la Terre. C'est dans cette période la plus défavorable que nos ancêtres mammifères se sont cachés durant la nuit glaciaire, pour sortir apres bien des millénaire, nantis d'un cerveau plus développé afin de commencer la conquête de la Terre...
Plus favorablement, on met au crédit des comètes, l'apport de l'eau des océans, et plus encore, concernant notre monde, et peut-être bien d'autres, les suprêmes attributs supposés rattachées à ces corps célestes, c'est à dire, le transport et la transmission de la Vie. 
Plus prosaïquement, ces cailloux de l'espace, qui n'en sont pas vraiment, leur noyau se compose le plus souvent de poussière de roches, de glace et de neige "sale". 
 grande distances du noyau, la comète se sépare en deux queues: une queue d'ions et la queue de poussières. Ces queues pointent en direction opposée à celle du Soleil. Leur position découle en effet directement de l’action du vent solaire. 
Nous avons sans aucun doute, et encore beaucoup à apprendre sur ces corps spatiaux, en fait, presque tout. 
La plus connue de ceux-ci, la célèbre comète de Halley qui nous a rendu sa dernière visite en 1986 et que nous reverrons seulement le 28 juillet 2061
De nombreuses enluminures et dessins ont fait suite à ses précédents passages dans nos cieux.

 

 

Photo de la lune rousse ou de sang du 28 septembre 2015, prise en mode nuit profonde.
La lune est un peu plus jeune que la Terre, quatre milliards d'années. Née du choc d'un gigantesque Rocher, ou météorite avec la Terre, notre satellite naturel de tient en général â une distance de 285000 km. La Lune orangeé , ou de sang, parvient à une distance de près de 250000 km de notre monde.
Prochain rendez-vous vers 2033

La même nuit, toujours la lune de sang, un peu plus clair, en mode normal

A TRAVERS LES CHAMPS D'ETOILES

Ces images de deux croisés du 12ème siècle se réfèrent à la vision d'un OVNI en 776, pendant le siège du château Sigiburg, en France. Les Saxons sont assiégés par les Français quand pendant la bataille on voit des disques planant sur l'église. Les Saxons pensèrent que les Français étaient protégé par le ciel et s' enfuirent

Ici et là dans l'infini, c'est bien un possible pour notre savoir naissant et probablement une réalité, une vérité, pour les milliards d'êtres existants, par delà les planètes, les systèmes, les galaxies de notre immense cosmos.
Un ancien proverbe affirme que chacun cherche midi à sa porte, que voici une prophétie réaliste, au point qu'elle contenait déjà en elle, le concept très équivoque de la relativité du temps et de l'espace.
Ici, et là dans l'Infini, c'est plus que ce que nous connaissons, c'est davantage un prolongement de notre personnalité au delà des frontières de notre individu, car c'est en effet la promesse, et sans aucun doute la capacité de voyager dans l'univers, au travers de notre champ d'étoiles, sans entraves physiques, matérielles ou psycho-spirituelles.
Certes il y a la quelques néologismes, mais il faut bien avancer et pour ce faire, devancer les dictionnaires et autres encyclopédies.
Nous sommes, à défaut de nous parer du titre de citoyens des étoiles, nous sommes donc, pour l'heur, seulement des nouveaux nés, babillants à peine capables de nous orienter dans une petite maison. C'est de cette image dont nous devons nous contenter, dans cette époque qui sera, peut-être considérée comme la vraie préhistoire dans le futur.
Afin de ne pas rester sur cette note quasi dramatique ( à notre échelle) retenons que nous sommes néanmoins tous des natifs du, et des champs d'étoiles, une autre façon, plus poétique, sans doute de nommer notre univers cosmique.
Ici et là dans l'Infini, c'est peut-être une réalité pour un grand nombre de peuples du cosmos.
Certains individus de ces races, celles proches de nous par leur physiologie, seraient dit-on, parmi nous, tels des visiteurs en apparence indétectables.

Que peut-on en penser.

Peut-être que cette réponse de l'ancien Président américain, en octobre 2015, George Bush Père, à une question d'un reporter à Orlando en Floride ( George Bush soutenait son autre fils, Jeb Bush candidat à l'investiture Républicaine) la question portait sur le secret entretenu aux USA sur les OVNIS.
L'ancien président a répondu: " Les Américains ne seraient pas en mesure de supporter la vérité". 
Nous savons que Bush Senior avait été avant d'être vice-président puis président des Etats-Unis, Directeur de la CIA, organisme étatique que l'on ne présente plus.
Cette réponse de l'ancien président a déclenché dans son entourage des réflexes de replis, certains argumentant même sur la santé mentale de cet homme vénérable, par son âge plus que par certains de ses actes passés. C'est la politique affirment certains...Oui bien sûr...N'oublie t-on pas les affaires, le pétrole et la finance internationale dans celà?...Oui, bien-sûr...
Quoiqu'il en soit, si les américains ne supporteraient pas une vérité ou plusieurs sur les Extraterrestres, il en serait de même, sans aucun doute, pour les autres nations terrestres.
En tout état de cause, ne nous effrayons pas, poursuivons notre quête car il arrivera bien un moment où ce sera précisément...le moment...Alors patience, réfléchissons et laissons-nous porter par nos intuitions. En route pour les champs d'étoiles parsemées de planètes, accueillantes, parions là dessus, avec une petite restriction, pas question de respirer de l'ammoniac, à la limite, un gaz hilarant...

Cependant, nous pouvons nous intéresser à ce qui aurait pu se produre sur notre planète  il y a quelques milliers d'années. Des exégèses indiennes à travers des textes connus et désormais peu hermetiques, laissent la place à notre interrogation parsemées de quelques réponses, quand même...

À cet égard nous avons quelques points de repères et le Web, comme outil de recherche est parfait lorsque que nous le conjuguons avec l'analyse et une bonne synthèse, et nous avons de plus, un excellent point de départ.

Il s'agit de textes d'origines multiples issus de differentes sources plus ou moins récentes, que certains ont aménagés selon des orientations diverses, mais le point principal de tout celà, c'est bien l'interrogation que nous devons exprimer face aux mystères, très réels, concernant notre passé commun.

 

 

 

 

MONDES DISPARUS ?

Cet ensemble technico-aerien et spatial se trouve sur un bas relief en Inde. Il vient en complément de textes sacrés décrivant une antique civilisation

Dans ce qui suit , nous pouvons précisément nous attacher à une infime partie des mystères très nombreux subsistants sur nos origines et notre passé. Il nous faudra posséder des moyens nouveaux pour découvrir vraiment ce qui gît derrière nous. qu'importe, nous devons nous fier à notre esprit et à nos intuitions. Mais prudence! L'illusion se cache souvent derrière ce que nous croyons voir avec certitude,  Donc de la méthode...

 

l'épopée indienne est inscrite dans des textes réels et traduits, impliquant l'existence passée d'une grande civilisation industrielle et voyageant dans l'espace et sur la terre à bord d'engins personnels pour la caste dirigeante et collectifs pour les autres..ces derniers paraissaient limités aux seuls transports aériens..il semble que les indiens etaient en guerre avec un autre peuple aussi bien armé, évidemment, tout ceci s'est très mal terminé, par la fin de deux civilisations,à moins qu'il y en ait eut qu'une seule...

"La plupart de ces écrits sont consolidés par des textes encore plus anciens datant du 4, 5 et 6eme siècle avant JC et préservés par les monarques qui gouvernaient les Indiens a cette époque.

Les scripts prennent bien soin de censurer le fait que tous leurs écrits sont basés sur des sources authentiques. Malheureusement, les documents traduits de ces librairies n'indiquent pas quelles sources des anciennes épopées indiennes sont utilisées. Plus de 95% de ces anciens écrits restent non traduit.

Les épopées anciennes les plus connues, traduites de l'ancien texte Sanskrit, sont la Mahabarata et le Ramayana. 

Ces deux épopées décrivent des guerres anciennes dont la férocité a détruit l'ancien monde préhistorique. La guerre entre les combattants se faisait avec de puissants engins aériens, le plus connu est le " Vimana ". Aussi bien le Mahabarata que le Ramayana décrivent le Vimana comme étant un appareil aérien en forme de dôme circulaire ou de cigare. Des détails spécifiques pour construire ces appareils sont fournis dans la strophe 230 du Vaimanika Sastra, datant d'environ 400 ans avant JC et traduit en 1875.

Un des aspects le plus surprenant des épopées indiennes est que ces guerres sont similaires aux techniques des combats aériens modernes Les textes décrivent des méthodes pour préserver l'essence en volant à différentes altitudes, des atterrissages d'urgence causés par la menace ennemie, et des dommages parfois provoqués par les impacts des oiseaux"

Désormais il est sans doute plus intéressant de se pencher sur le contenu intrinsèque de ces textes, que de spéculer dans le vide. Les textes donc. Ceux de l'Inde sont riches de détails techniques et le contexte global de la civilisation décrite ressemble étrangement à la notre aujourd'hui. Les récits font états de guerres aussi bien dans l'air, l'espace que sur terre. Les armes ressemblent au nôtres, pour tout dire elles paraissent aussi terriblement efficaces et meurtrières. De toute évidence, en restant néanmoins dans une relative réserve, cette civilisation a pu exister il y a un peu plus de dix mille ans avant les naissances d'autres cultures comme la Grèce, Rome, Babylone, les empires persans et toutes nations et tribus de la plus haute antiquité.
L'entité continentale indienne de ce temps révolu, a disparu corps et biens et si ce n'étaient les écrits vedhiques, nous n'aurions aucune information, fut-elle soumise, autre légitime argument, au doute, sur cette épopée indienne.
La transmission écrite établit une société impliquant des castes et dont les dirigeants se déplaçaient dans les airs et au delà de la Lune. Les autres ramifications de la société voyageaient seulement dans les airs à bord de transports collectifs alors que les privilégiés fendaient l'espace sur des petits spationefs.
Cependant, il y avait aussi un autre continent portant un même type de société évoluée et tout aussi guerrier. Aucun dessin n'est nécessaire, les textes transmis racontent des combats d'une violence extrême et sans doute l'usage d'armes fatales...

DES ÉDUCATEURS?

Si donc une civilisation entière à étés décimée, plusieurs milliers d'années après, une nouvelle évolution sociétale a donné le jour à notre monde moderne, mais avant cela une aide est intervenue. Les survivants des indiens de naguère étaient assez nombreux pour asseoir, sur plusieurs milliers d'années, une culture morcelée basée sur leur héritage communs. Deux aspects sont demeurés, vestiges de leur ancienne société, les castes, encore plus déshumanisées que les précédentes et les légendes sur les combats des dieux indiens, reflets de l'histoire terribles des continents dévastés par les batailles déversants des déluges de feux sur des populations en fuite ou stationnées dans des villes désormais disparues.
Les écrits basés sur des ouvrages disparus tardivement, ayant alimentés richement la transmission orale, un vecteur qui a favorisé une transmission assez fidèles le l'Histoire pré-indienne.

Un autre épisode important et très dense de l'histoire du monde a eu pour théâtre cette région nommée dans le passé Mésopotamie et aujourd'hui, plus sommairement Moyen, ou Proche-Orient. Dans cette partie du monde, il s'est produit comme une tentative de restauration d'une civilisation, quelques milliers d'années après les catastrophes guerrières, les guerres des continents ayant frappés l'Inde et un autre lieu sans doute englouti durant cette période ancienne, ou plus tard lors d'un gigantesque déluge.

Ce déluge a été raconté au début des recueils devenus par la suite, la Bible. C'est ce même ouvrage qui devait mettre l'accent,bien plus tard, sur cette aide préférentielle fournie aux hébreux.
Cela s'est effectué à travers des actions militaires assistées par des moyens peu orthodoxes dont des bombardements destructifs - avec des armes très élaborées - sur deux villes, Sodome et Gomorrhe. Outre cette action guerrière l'aide à porté également sur une instruction ciblant des règles morales ainsi que les principes élémentaires d'hygiène et de prophylaxie. Pour faire passer cet enseignement, il a bien sûr fallut utiliser la veine religieuse, seule adaptée à un enseignement rigoriste.

Il existait cependant un moyen physique dans le sens propre du terme qu'employèrent les êtres chargés de l'enseignement, l'éducation des tribus d'Israël. Ce moyen et cet objet disparu, en tout cas "porté manquant", se nommait "l'Arche d'Alliance". Deux jeunes juifs américains ont réussi à la reconstruire suivant les données fournies dans la Bible. Il s'agit d'un appareil, encombrant certes, avec lequel "Dieu" donnaient ses instructions. Un conseil lisez sur Internet - Morphéeus n° 26 -


Cet enseignement eut sur l'avenir les conséquences, peut-être pas à la hauteur de se que souhaitaient les éducateurs. mais en tous cas, il contribua à la naissançe et au développement ultérieur de religions monothéistes, devenues des entités socio-culturelles, souvent ennemies en  Orient, comme en Occident, jusqu'à aujourd'hui. A ce propos on peut remarquer combien un religion dotée d'un interlocuteur présumé divin suscite bien plus de conflit que les philosophies préconisant un développement mental et psychique de l'être humain.

Bien sur, nous pouvons nous interroger sur l'origine, mais aussi concernant la nature de ces éducateur. Êtres de chair et de sang, êtres virtuels, robots? Peut-être un peu de tout cela. A l'évidence, les interlocuteurs des hébreux possédaient une civilisation avancé dotée de sciences et de techniques au moins comparables aux notres. A cela on doit ajouter une préoccupation, ou en tout cas un intérêt supérieur faisant agir ces mentors dans une direction précise et conduisant à l'éducation, l'instruction de nos ancêtres humains. À priori ces êtres nous voulaient du bien, car de toute évidence, on n'éduque pas du bétail. C'est tout le bien que nous pouvons nous souhaiter, même si une partie du monde aujourd'hui à basculé dans un abîme duquel peu reviendront.

Cette parenthese refermée. Quelle autre conséquence a eu l'enseignement dirigé vers les hébreux, futur peuple juif.

Celui-ci, devra franchir les temps avec le lourd fardeau du "Peuple élu", ou encore de préfèré de Dieu. Tous, apres leur dispersion, se sont exposés ainsi à la vindicte de ceux qui, à posteriori, se sont crus dépossédés du Paradis, ou de quoique ce soit d'autre, indûment... La jalousie fratricide a conduit aux pires crimes commis par l'humanité à travers les plus absurdes justifications.   Celles -ci sont toujours actives en ce siècle, comme les torches des bûchers du passé.

Aujourd'hui, alors que nous approchons d'une rencontre avec des espèces, certaines très différentes de nous, nous devrions tirer les enseignements de nos grandes erreurs passées, sinon il nous sera demandé de patienter quelques siècles de plus...

NOTRE PART COMMUNNE

Des instruments chirurgicaux remontant à la Perse Antique et médiévale

L'Heritage des Nations est mis en péril dans ce début du 21e siècle. Des tréfonds de ce qui peut être considéré comme étant l'âme de notre temps présent sortent des sons discordants venant mettre à mal notre expérience accumulée au cours des millénaires par les pays royaumes et empires dont nous sommes tous les héritiers. Cet héritage commun restera et mieux, espérons-le, procédera un peu plus encore du plus grand nombre, êtres et nations.
Nous possédons un savoir commun issu des creusets de l'histoire d'occident comme d'orient. Ce qui nous rassemble en effet maintenant provient des expériences accumulées depuis la lointaine Chine et les autres pays de l'Extrême-Orient, tout comme ce qui provient de naguère l'Asie Mineure, aujourd'hui le Proche ou Moyen-Orient. A cela s'ajoute la jeune (et non vieille) Europe et les pays d'Amérique nés des colonisations.
Si les nations européennes et américaines du nord, se targuent d'être le berceau de la civilisation moderne et technologique, elles ne peuvent en revanche revendiquer la totalité du savoir scientifique du monde.

Pour n'évoquer que les domaines de la médecine de la chirurgie et de la pharmacopée, tout vient des plus anciennes nations.
L'Egypte, la Perse, (aujourd'hui l'Iran), ainsi que les pays connus alors comme l'Empire du Milieu, (la Chine), du Matin Calme, (la Corée) et du Soleil Levant, (le Japon), avaient des siècles durant mis une partie de leur énergie dans des recherches fondamentales et appliquées, dans ces domaines essentiels de la santé et du bien être.
Les plus célèbres universités, (avant la Grèce et Rome) ou temples de la recherche se trouvaient dans l'Egypte Antique et la Perse, antérieure et postérieure à l'Islam. Du reste, dans ces périodes, islam ou non, les chercheurs n'hésitaient pas à braver les interdits religieux naissants, comme du reste plus tard dans le moyen-âge européen. Au nombre de ces interdits se trouvait en particulier, celui empêchant l'exercice de la moindre autopsie. Celle-ci est venue assez tardivement en Occident, à l'inverse les peuples orientaux, l'Egypte notamment avait, tout au contraire cette pratique au nombre de ses rites funéraires. En Perse, même après l'arrivée de l'Islam (moins rigoriste dans ses premiers temps) nombre praticiens ouvraient des corps, vivants ou morts. Les premiers actes chirurgicaux, sont il est vrai très anciens. Chirurgie d'ablation ou même de confort, qu'il s'agisse de trépanation ou encore de sutures de certains vaisseaux. Dans ce dernier cas, il faudra attendre en Occident, un français, Le Docteur Alexis Carrel, qui sera, au 20e siècle, le premier à réaliser les sutures d'artère et de veines, une technique qui a sauvé depuis, bien des vies.

Concernant la chirurgie seule, il existe une pièce remarquable remontant probablement à 1500 avant l'ère chrétienne peut-être même rédigé avant cette époque. Il s'agit d'un véritable traité de chirurgie. Celui-ci est une encyclopédie sans doute issu d'expériences militaires du Nouvel Empire égyptien et décrivant près d'une cinquantaine de blessures, fractures, dislocations articulaires et même, des tumeurs. Cet ouvrage, dénommé Edwin Smith - du nom d'un collectionneur de Thèbes en 1862, et traduit et publié en 1930 par l'égyptologue James Henry Breasted- est remarquable de par surtout son mode rédactionnel plutôt rationnel et surtout son approche réellement scientifique. 

Il es indéniable que la médecine et la chirurgie actuelle, doivent beaucoup à tous les chercheurs répartis sur la planète Terre, au cours de tous les nombreux millénaires passés.
Cet Heritage contient, la pharmacopée, aujourd'hui la pharmacie, issue de la première, mais plus encore, les voies de la chimie et sans doute demain les recherches génétiques, que des écrits anciens évoquent bizarrement comme étant "le privilege des dieux". Tous ces progrès furent aussi au nombre des talents de nos ancêtres planétaires, parfois "guidés" par des Maîtres à l'origine indéterminée.

N'oublions pas une autre science qui doit également à tous. Donnez vous la peine de regarder les cartes du ciel, et cherchez les noms des planètes constellations, étoiles et galaxies. Ces noms sont chinois ,arabes, grecs, latins,,et les nouvelles découvertes sont baptisées par des patronymes issus des nations modernes de notre planète bleue.

Cet ouvrage, appartenant à un collectionneur de Thèbes en fait un papyrus et portant le nom de ce dernier, "Edwin Smith" fut traduit et publié en 1930 par l'égyptologue James Henry Breasted est remarquable par son contenu scientifique de la chirurgie militaire de l'Egyote ancienne